Aller au contenu principal

Restauration du store de la boutique Cayla

Le store de la boutique Cayla part en restauration

En 1927, Martin Cayla, auvergnat d’origine, musicien joueur de cabrette, ouvre sa première boutique de musique à Paris. A cette époque les immigrés auvergnats constituent un microcosme bien à part, ayant amené avec eux leur folklore, leur langue, leur musique.


Installée en 1938 rue du Faubourg Saint-Martin, cette boutique propose à ses clients tout l’univers du bal musette : musique très populaire inspirée de la musique traditionnelle auvergnate, qui mettra l’accordéon à l’honneur. Martin Cayla en est un digne représentant en tant que joueur de cabrette. On y trouve des partitions, des instruments, des disques que M. Cayla éditait lui-même. Ce lieu devient  un lieu incontournable pour les musiciens des bals à Paris. Y seront également vendus les accordéons Maugein.


Dans les années 2000, lorsque la boutique ferme ses portes, la ville de Tulle en fait l’acquisition, déplaçant tout cet univers du patrimoine musical parisien, à Tulle afin de le conserver.
Pièce phare du futur parcours d’exposition de la cité de l’Accordéon et des Patrimoines, elle est constituée de la devanture et de son store, de fonds d’instruments, de disques, de partitions, d’affiches, …


Cependant, le store de cette boutique, très fragilisé doit subir des restaurations, afin de stopper des altérations et de le remettre dans un état satisfaisant pour une présentation au public. Durant toute la période d’ouverture de cette boutique, de 1938 à 2000, le store a été exposé aux différentes conditions climatiques (soleil, pluie, pollution). Il est arrivé à Tulle considérablement dégradé (encrassement, déchirures, taches). Il va donc bénéficier de soins visant à le consolider, le nettoyer tout en conservant les lettres peintes d’origine, réalisés par deux restauratrices textile, Aline Gaillard Létrange et Nadège François.

 

Ce lundi 18 janvier, eu lieu la première étape de la restauration : décrocher le store du fronton de la boutique pour le transférer à l’atelier d’Aline Gaillard à Meymac où pendant deux mois il sera nettoyé, consolidé et équipé d’un système d’accroche qui permettra de le remettre en place sans le détériorer une fois la boutique transférée dans le nouveau musée.


Cette action de restauration curative, s’inscrit dans le chantier des collections, c’est-à-dire, toutes les étapes visant à répertorier, sélectionner et restaurer, s’il est nécessaire, les œuvres qui seront présentées dans le futur parcours d’exposition de la Cité de l’Accordéon et des Patrimoines.

 


Cette restauration financée par la ville de Tulle bénéficie d’une subvention de l’Etat – DRAC de Nouvelle-Aquitaine.